Le Surf de Gros : La préparation mentale

« On ne mesure pas la taille des vagues par leurs tailles mais par la peur que l’on a lorsqu’elles se dressent devant nous. »
Mais alors surfer des grosses vagues comment on s’y prend ? Pour répondre à cette question, Noé, coach et préparateur mental nous donne quelques pistes…

Pour surfer des grosses vagues, cela dépasse juste le «  aller j’y vais » . Il faut être concentré, en pleine possession de ses moyens et surtout en confiance. Confiance en soi mais aussi dans ceux qui  nous accompagnent et qui sont là en cas d’accident. Il faut apprendre à s’adapter face à des situations critiques où la vie est en danger. Il faut dépasser les freins que l’on peut avoir sur la mort également. On parle parfois d’instinct, d’anticipation, de prise de décision.
 
Surfer des grosses vagues, c’est un état d’esprit, une façon de voir le surf, les sports extrême en général. On peut comparer ça à ceux qui dévalent des pentes en ski dans les endroits les plus dangereux du monde, aux alpinistes gravissant les plus hauts sommets du monde. Ils ne sont pas juste entrainés, ils le vivent au quotidien, ce petit truc plus fort que tout. Et c’est pour ça qu’on les admirent ! Ici, le vécu de chacun importe beaucoup car on aura pas tous la même vision des choses. Pour certains, surfer du gros c’est 1m50/2m pour d’autres c’est à plus de 4m. Le monde des Big Waves Riders est un monde à part. Les véritables surfeurs de grosse vagues sont des surfeurs qui vivent pour ressentir de grande émotions. Ils connaissent les risques et acceptent d’en payer le prix fort.
Grant Baker (champion du monde du BWWT) nous a dit : « Ma préparation mentale est directement liée à ma préparation physique. Plus je suis en forme et mieux je suis dans ma tête. Donc, je m’entraîne dur pour être dans la meilleure forme possible et mon état mental suit.« 
Dans des sports extrême, comme le surf de grosses vagues, le mental est évidement le centre même de l’activité. Comment ne pas y penser alors que notre vie est en jeu ? On parle de stress, de peur, de confiance en soi, d’être sur de soi, de ne pas réfléchir… Tant de terme que l’on retrouve dans les interviews qui font parties de l’aspect mental. Avoir les compétences physiques pour surfer ces monstres la majorité des riders, avec beaucoup d’entrainement peut y arriver. Mais ensuite il y a ceux qui y vont et ceux qui n’iront jamais. La différence se joue sur le mental. « Not only were you riding down this mountain but the mountain is chasing after you and you need to figure out how to escape the mountain but also use it. » Riding Giant
 
Le mental, comme toute capacité, demande de l’entrainement. Le mental englobe la gestion de l’énergie ( tension …), des émotions (stress, émotion positives et négative …), de l’estime de soi, de la motivation, de la confiance en soi et de la concentration. Le plus difficile, est de réunir, dans une situation émotionnellement compliquée, toutes les compétences pour prendre la bonne décision et avoir le geste juste. On parle souvent de ne pas avoir d’émotions. Aujourd’hui, malgré de nombreux freins liés à des croyances, l’émotion est centrale dans la bonne décision et des études ,faite par Damasio, nous l’on prouvées. Le yoga, le golf, la méditation, la sophrologie sont beaucoup d’outils utilisés. Pourtant le mental dépasse cela et le surfeur doit apprendre à gérer ses émotions.
Surfer des grosses vagues, ce n’est pas seulement en être capable, c’est donc aussi le vouloir et s’entrainer mentalement à gérer ses émotions, son stress, pour en cas de situation extrême, avoir les ressources pour recruter la bonne émotion, se focaliser sur le bon champ d’action, pour prendre la bonne décision qui offrira surement le plus grand shoot d’adrénaline au surfeur.
 
La préparation des surfeurs avant cela faisait sourire, les anciens se contentaient de foncer et de rire quand on leurs parlait « d’entrainement ». Maintenant, la préparation physique est rentrer dans les moeurs, reste encore à approfondir la préparation mentale
Vous êtes maintenant prêt à surfer Pipeline (ou pas) 🙂
Pour plus de renseignements vous pouvez contacter Noé ou vous inspirer du documentaire SINE QUA NON et des films comme Chasing Mavericks et Riding Giants

Vous rêver d’un trip de gros ? Réservez le ici.

Alors, amis riders, rendez-vous sur notre page FacebookGoogle+ ou Twitter pour suivre toute notre actualité 😉 

 

Créateur de Surf trip à 360°Surf

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :