Le surf en Bretagne ça vous gagne !

Aujourd’hui Romain nous parle de sa Bretagne ! A l’approche des vacances, me vient toujours cette même envie : celle de sauter dans ma voiture et de prendre l’A63 pour s’offrir un petit surf en Bretagne. Un surftrip en France le temps d’un week-end prolongé.

Alors c’est sûr que quitter le sud-ouest, ses destinations surf et son ambiance pré-estivale pour un pays froid et pluvieux cela peut paraître étrange. Mais au-delà de l’impatience de voir mes proches, c’est surtout l’occasion de retrouver ma Bretagne, celle aux milles visages et quand je repense à l’année dernière, mon impatience est encore/d’autant plus grande :

Avec Alexandra nous étions arrivés le jeudi soir, en pleine « tempête » de printemps. Heureusement les prévisions pour les jours à venir annonçaient une nette amélioration.

Qui dit tempête, dit forte houle ; et cela est souvent annonciateur de belles surprises pour le surf en Bretagne …

Car dès le lendemain matin nous partions de (très !) bonne heure afin de voir un « secret-spot » se réveiller dans le sud-Finistère : à peine le temps de constater la perfection des vagues et ce vent off-shore que nous nous jetions à corps perdus dans ces rouleaux qui s’enchainaient à un rythme ‘slaterien’ : 1m50, glassy, 15 à l’eau et des échanges de sourires et d’encouragements exaltés sur chaque « bombe » qui se présentait.

Ce jour là, le soleil s’était même invité et la température printanière renvoyait le manteau sur la banquette arrière de la voiture.

Sur la route du retour, arrêt au stand obligatoire dans un petit pub du pays bigouden pour y déguster une bière ambrée brassée à quelques kilomètres de là.

Nous avions ramené dans nos bagages l’ami Mathieu, qui ne connaissait pas cette terre du bout du monde. Alors en attendant que la houle se calme (et se cale), nous avions passé en revue quelques incontournables du sud Finistère : La ville-close, Les peintres de Pont-Aven, Le phare d’Eckmühl, Crozon et ses grottes à explorer.

Le dimanche nous retrouvions le home spot de nos débuts, là où nous avons appris à surfer. Le chantier d’il y a deux jours avait disparu et a fait place à de jolies lignes qui n’attendait que les surfeurs débutants/intermédiaires ou toute autre personne qui pourrait prendre plaisir à glisser dans ce cadre pittoresque/envoutant/folklorique.

Car elle est envoutante cette Bretagne, par ses paysages et ses légendes : celles de Brocéliande, du Roi Arthur ou encore celle des hordes de korrigans que l’on croisent une fois la nuit tombée. Mais une autre de ces légendes puise ses origines dans les creux de la houle et dans les murmures du vent : en effet, de Saint Lunaire à Quiberon en passant par La Torche il se dit qu’en Bretagne il y aurait chaque jour une vague à surfer pour (celui ou celle) qui sait où la trouver.

En ce début de semaine, nous pouvions enfin fouler les vagues du spot emblématique du Finistère : celui de la pointe de La Torche, destination surf par excellence.

Même si notre niveau nous empêchait de « mettre le feu », les locaux s’en chargeaient très bien, et devant nos yeux complices et un poil admiratifs, ils enchainaient cut back appuyés et aerials magistraux. C’est ça le surf en Bretagne !

De notre côté nous avons pris plaisir à « surfouiller » tranquillement sur cette belle droite qui déroule sur une bonne centaine de mètres. Pour parfaire le tableau l’ambiance à l’eau est bien présente. Malgré les conditions, le peak n’était pas surchargé et chacun semblait décidé à profiter pleinement de cette belle journée « entre potes » et sans prise de tête.

Une bonne crêperie et quelques bolées de cidres plus tard, nous improvisons une petite sieste à l’arrière de la voiture avec vue sur Pors Carn, un spot voisin de celui de La Torche ….

Vient ensuite le réveil au son d’une marée qui se cale petit à petit, nous retrouvions alors nos combi qui ont tout juste eu le temps de sécher et hop ! Nous rempilions sur une session qui nous conduira jusqu’au soleil couchant/ coucher du soleil.

Nous terminerons ce petit « Breizh trip » par une journée dans l’archipel des Glénan car la houle s’en est allée. Au programme : apéro et farniente, ty punch et crustacés (pêche et plateaux de fruits de mer)

Car la Bretagne, on n’y vient jamais que pour surfer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :